• Village de Trach Xa où l’homme est né pour fabriquer le ao dai
  • Village de Trach Xa où l’homme est né pour fabriquer le ao dai

  • le 22 Mai, 2018       Par: Dzung NGUYEN
  • Trouvé à environ 60 km de Hanoi, le village de Trach Xa est connu pour la confection du ao dai, la tunique vietnamienne traditionnelle. Le ao dai Trach Xa qui occupe une place de choix dans l’armoire des Vietnamiennes est de plus en plus connu par les voyageurs. Cette réputation doit bien évidemment à la minutie et la finesse d’une fabrication artisanale qui s’enrichit depuis des siècles. Peu de gens savent que les ao dai qui en sortant sont principalement créés par les hommes.

    Au Vietnam, qui dit métier de couture, dit aussi femmes qui semblent habituellement plus douées pour la couture. Cependant, ce qu’on voit au village de Trach Xa invite à repenser le rôle homme - femme dans la perfection d'un ao dai. Il est à constater que ce métier n’est transféré qu’aux hommes, selon une règle qui ne change pas depuis les longtemps dans les familles de Trach Xa. On y dénombre, d’ailleurs, près de 90% des travailleurs dans la couture sont hommes. 

    tunique vietnamienne trach xa couturier

    Vieille histoire de la couture du ao dai Trach Xa

    Le tailleur le plus âgé de Trach Xa est monsieur Nhien qui a vécu du métier durant 65 ans. Pour vivre de leur métier, les couturiers d’autrefois étaient amenés à s’installer dans différentes régions du pays. Le déplacement dû à l’exode, ne correspond pas aux femmes. L’activité couturière évolue au fur et à mesure du perfectionnement des hommes de Trach Xa, raconte-il. D'ailleurs, la tunique vietnamienne, sous la main des hommes, se montre plus ravissante que celle fabriquée par les femmes, en témoignent les habitants.

    tunique vietnamienne trach xa accessoires

    Rien qu’avec un sac de toile, une paire de ciseaux, une craie de tailleur, quelques aiguilles et fils à coudre, un tailleur de Trach Xa est prêt pour partir gagner la vie n’importe où.

    La couture du ao dai à Trach Xa remonte à plus de mille ans, créée par madame Nguyen Thi Sen, au dire des plus âgés du village. La légende veut que l’empereur Dinh Tien Hoang croisa  une fille de Trach Xa lors de sa visite au village et tomba amoureux d’elle. Celle-ci devint son épouse et déploya sa créativité pour promouvoir l’habillement au service de la cour royale. De retour à son pays natal, elle ou Nguyen Thi Sen, apprit les habitants de Trach Xa aux premières techniques de couture du ao dai. 

    Des traditions se perpétuent jusqu’à nos jours

    Au fil des siècles, les nouveaux ao dai n’en finissent pas de se produire à Trach Xa. Ils se distinguent notamment par la méthode ancestrale privilégiant les styles et motifs traditionnels. L’atmosphère qu’on y ressente est, sans doute, moins agitant que d’autres villages de métiers aux alentours de Hanoi.

    Les étapes de couture, se font essentiellement en main, l’intervention des machines reste limitée. Tout un savoir-faire de prendre les aiguilles, de couper, de broder...à s’acquérir et maîtriser par l’homme depuis son jeune enfance. On est en mesure de coudre un beau ao dai pour soi-même dès l’âge de 15 ans. 

    tunique vietnamienne trach xa apprentissage

    L’apprentissage professionnel, pour s’achever, exige entre trois et cinq ans.

    Selon les prix mises à jour en 2017, un couturier gagne normalement entre 150.000 - 200.000 VND pour la confection d’un ao dai, en fonction du type demandé. Un bon couturier est capable de produire de 4 à 5 pièces par jour. 

    tunique vietnamienne trach xa homme tailleur

    Madame Su se contente d’assister son mari qui monte une maison de couture chez eux à Trach Xa. Chaque semaine, elle se rend aux marchés grossistes à Hanoi comme Dong Xuan, Ninh Hiep pour acheter des tissus tandis que son époux s’occupe des tâches principales d’un tailleur. Trach Xa bat son plein surtout les 8 et 9ème  mois de l’année qui marquent la saison de mariage au Vietnam. Dans nombre de familles du village, les tailleurs ne dorment pas la nuit pour pouvoir achever les ao dai au temps voulu.

    tenue vietnamienne homme en couture

    Selon Manh, un tailleur de plus de 25 ans d’expériences, la technique qui est à la fois simple et pointilleuse exigé par un parfait ao dai réside dans la couture à la main. Il s’agit de l’étape d’affiner les courbes de la robe, mettant en relief le corps de la personne qui porte. Autrement dit, c’est la clé permettant d’insuffler l’âme à un ao dai. 

    tunique vietnamienne trach xa couture main

    Il faut cinq ans ou même dix ans d’expérience pour un tailleur de pouvoir exceller dans cette méthode. 

    S’y ajoute l’expertise irréprochable de réaliser les coupures qui décident en grande partie la qualité d’un ao dai. Tout un art qui requiert une attention particulière ainsi que l’habileté du tailleur.

    tunique vietnamienne trach xa coupures

    Manh ne cache pas sa fierté de valeurs préservées depuis des générations dans son village. Il est parmi les passionnés de Trach Xa qui, avec leur dévouement et leur travail de fourmi, participent à la mise en valeur les traditions ancestrales.  C’est aussi la raison pour laquelle il donne des cours de couture à l’attention des jeunes venus de différents coins. Une carrière qui ne perdure, a priori, qu’avec un vrai amour de la part de l’artisan, confie-t-il.

    Présents dans de nombreuses boutiques du pays, les ao dai Trach Xa sont également prisés par une clientèle variée à l’étranger. En capitale, on peut facilement acheter un ao dai Trach Xa pour soi ou faire des souvenirs en allant au vieux quartier de Hanoi. Les rues les plus fréquentées sont Luong Van Can, Kham Thien et Cau Go. 

    Que ce soit le lieu qu’ils s’implantent, les artisans provenant de Trach Xa sont reconnaissables par les maisons ayant « Trach » à la fin de la marque, à savoir Dong Trach, Phuc Trach, Dai Trach, Vinh Trach, Tan Trach…. Les noms respirent bon leur attachement au métier millénaire qui s’apprécie particulièrement par les amoureux de la robe vietnamienne traditionnelle.

    Location du village de Trach Xa : commune Hoa Lam, district Ung Hoa, à 60km de Hanoi. 

    Bonne visite !

           >> À lire également Le « ao dai » vietnamien, le charme éternel


Commentaire


Tapez les caractères qui s’affichent dans l’image