•  Alexandre Yersin et ses traces indélébiles au Vietnam
  • Alexandre Yersin et ses traces indélébiles au Vietnam

  • Mis à jour le 19 Juin, 2020       Par: La Rédaction
  • Médecin et bactériologiste français d'origine suisse, découvreur du bacille de la peste, le docteur Alexandre Yersin a laissé une trace indélébile au Vietnam où il mourut le 28 février 1943, à Nha Trang.

    Rencontre avec cet aventurier d’Indochine, pasteurien au profil hors normes, très apprécié du peuple vietnamien.

    Premiers pas en Indochine

    Après des mois de travail acharné à l’institut Pasteur à Paris, Alexandre Yersin éprouve le besoin de voyager pour s’aérer l’esprit et découvrir des horizons lointains. En septembre 1890, il rejoint l’Indochine française, où il devient médecin des Messageries Maritimes.

    Puis profitant d’un long congé, Alexandre Yersin décide d’explorer cette Indochine française si mystérieuse. Il mena trois expéditions à travers la jungle indochinoise, réputée extrêmement dangereuse, qui complétèrent l’œuvre des 2 grandes missions, la mission Doudart de Lagrée et Francis Garnier en 1860, et la mission Pavie.

    Rencontre Alexandre Yersin portrait

    Création de la station climatique de Dalat

    Au cours de ses expéditions, Yersin découvre les Hauts Plateaux du Centre et notamment le plateau de Lang Biang. Avec son ami Paul Doumer, alors gouverneur général d’Indochine, Yersin créa la station climatique de Dalat en 1897.

    La « ville de l’éternel printemps », perchée à 1500 mètres d’altitude, jouit d’un climat tempéré idéal pour permettre aux fonctionnaires et aux soldats français de se ressourcer contre le climat torride de l’Annam et de la Cochinchine.

    Les colons de Saigon sont nombreux à se faire construire une villa pour fuir la touffeur de la capitale du sud du Vietnam et pour profiter des paysages enchanteurs : lacs, chutes d’eau, douces collines, vallées fleuries etc.

    Encore aujourd’hui, vous pouvez découvrir les très nombreux vestiges de la présence française : villas et chalets à l’architecture régionale française, l’ancien lycée français Alexandre Yersin, le couvent des Oiseaux, la cathédrale, la villa de l’empereur Bao Daï ou encore l’ancienne gare de Dalat, copie conforme de celle de Deauville.

    Dans cette région fertile et au climat tempéré, les colons vont installer les premières plantations de café, de poivre, de latex et même de vin. Des plantations qui perdurent encore aujourd’hui et qui sont pour certaines la fierté de l’agriculture vietnamienne. Le Vietnam est à l’heure actuelle le premier producteur de café robusta au monde et le premier producteur mondial de poivre.

    Rencontre Alexandre Yersin lycée

    Lycée Yersin, le Collège pédagogique de Da Lat aujourd'hui.

    Sa vie à Nha Trang

    Après avoir découvert le bacille de la peste, le docteur Yersin retourna au Vietnam où il s’efforça de développer les instituts Pasteur fondés à Hanoi, Saigon, Nha Trang et Dalat.

    Il s’installe dans ce qui était à l’époque le petit village de pêcheurs de Nha Trang sur la côte orientale du Vietnam. Il y monte un laboratoire qui s’oriente vers les maladies infectieuses chez les animaux, et Yersin étudie activement une autre sorte de peste, la peste bovine, avec laquelle il obtient beaucoup plus de succès.

    Il encourage en parallèle l'introduction dans le pays de l'arbre à caoutchouc dès 1898. Il réussit à l'introduire en 1899 après plusieurs essais, et ses récoltes de latex sont achetées dès 1903 par les frères Michelin.

    Le docteur Yersin essaye d’autres cultures comme celle du cacao, du café, du manioc, du palmier à huile, du cocotier ainsi que de plusieurs espèces tropicales aux vertus thérapeutiques. C’est lui qui également plante l'arbre à quinine, un médicament destiné à prévenir le paludisme. Il élève aussi des chevaux pour la fabrication du sérum, implante des races de vaches laitières et monte une station météo qui aida grandement les pêcheurs locaux.

    Il décède à Nha Trang, sa ville de cœur, le 28 février 1943, pendant l’occupation japonaise. Il est enterré à Suoi Dau, à une vingtaine de kilomètres de Nha Trang. Durant ses obsèques, son cercueil est suivi par une grande foule qui tenait à rendre hommage à cet homme de science qui se mit au service de la population locale.

    C'est à peu près la seule figure de l'époque coloniale qui n'a pas cessé d'être vénérée au Vietnam, où toutes les villes ont un lycée à son nom ou une rue. Alexandre Yersin a été nommé à titre posthume, Citoyen d’honneur du Vietnam.

    De plus, Alexandre Yersin possède, à côté de sa tombe, un petit pagodon toujours orné de fleurs et d’encens, ce qui représente un honneur sans précédent pour un étranger. Une statue de granite de 4,6 m de hauteur d’Alexandre Yersin, a été installée dans le parc Yersin de Nha Trang, en témoignage de la reconnaissance de la population vietnamienne.

    Rencontre Alexandre Yersin bureau

    Le bureau de travail d'Alexandre Yersin.

    Musée Alexandre Yersin à Nha Trang

    Si vous êtes de passage dans la fameuse station balnéaire de Nha Trang, ne manquez pas de visiter le musée dédié au docteur Yersin. Il se situe dans l’enceinte de l’institut Pasteur, centre de recherche et de science en laboratoire spécialisé dans les maladies tropicales.

    Ce musée expose de nombreux objets et instruments de travail lui ayant appartenu, ainsi que des documents se rapportant à ses multiples activités et témoignant de son inlassable curiosité scientifique.

    Rencontre Alexandre Yersin musée

    >> Vous aimerez lire également : Top 10 des choses à faire à Nha Trang


Commentaire


Tapez les caractères qui s’affichent dans l’image