• Le « ao dai » vietnamien, le charme éternel
  • Le « ao dai » vietnamien, le charme éternel

  • le 13 Sept, 2017       Par: Dzung NGUYEN
  • Bien au-delà de la tenue traditionnelle qui met en valeur la beauté féminine vietnamienne, le « ao dai », est aussi devenu symbole de la culture nationale. Avec le « non la », le chapeau conique, son meilleur compagnon dans la nuit des temps, ce fameux couple continue de s’imposer dans la poésie et les beaux-arts comme une inspiration inépuisable. Il n’empêche que les femmes et filles, de tout âge, attendent dès que possible des occasions pour les porter. Cela vous laisse à imaginer comment ils sont si chers à la moitié de notre pays. De fait, leur portée dépasse bel et bien les frontières, de même que l’importance de leur amoureux dans le monde entier.

    Le « ao dai » toute une histoire

    Malgré son nom signifiant «robe longue », le «ao dai» se fait d’une tunique bien serrée à manches longues, au col Mao et d’un pantalon ample. Les deux, typiquement en soie, descendent jusqu’aux chevilles mettant en lumière la douce silhouette des Vietnamiennes qui n’oublient jamais des chaussures avec talons comme accessoire.

    A la différence de la complexité insoupçonnée qu’impose le kimono des Japonaises ou le hanbok des Coréennes, le « ao dai » se pare d’une élégance particulière tout en étant plus simple. Ainsi est-il fort prisé non seulement pour les occasions spéciales mais aussi bien présent au quotidien. Si le « ao dai »  était revêtu dans le temps féodal tant par les hommes que les femmes, il devient depuis des décennies symbole de la délicatesse et de l’élégance féminine. En plus des « ao dai » pour mariage, cérémonies officielles, diplôme… vous trouvez des robes ao dai de différentes couleurs et de tout motif au travail, au lycée, à l’université. Pourquoi un tel attachement confirmé ?

    ao dai vietnamien original

    La tunique « giao lanh », l’original du « ao dai »

    La tenue vietnamienne traditionnelle a vécu, par ailleurs, des changements considérables à travers les siècles, pour des raisons tant culturelle, historique qu’esthétique avant d’aboutir à sa forme actuelle pleine de charme. Lors des compétitions de beauté mais aussi de talent, au niveau national ou international, la victoire vietnamienne est chaleureusement saluée avec la mise en avant de son identité, le « ao dai ».

    tenue vietnamienne ao dai saigon

    Les femmes de Saigon pendant les années 50 - 60

    Personne n’est sure de l’origine exacte de l’époque où le « ao dai » fit son apparition. Certains évoquent son image visible dans les vestiges âgés des millénaires du pays que présentent, entre d’autres, le tambour en bronze Ngoc Lu, le jarre en bronze Dao Thinh.

    Sous l’angle plus réaliste, l’original du « ao dai » remontait à la tunique « giao lanh » qui donnait lieu ensuite à la tunique «tu than » à quatre tissus. Pour en visualiser son évolution, voici son parcours historique le plus concis :

    Tunique « giao lanh » – tunique « tu than » (quatre tissus) au 17eme siècle – tunique « ngu than » (cinq tissus) au 19eme siècle – tunique « Le Mur » en 1939 - tunique contemporaines et puis moderne. 

    Distinguée par ses quatre longs tissus, la tunique « giao lanh » va avec une robe noire, longue aussi. Au fil du temps, elle fit l’objet des changements pour laisser la place à la tunique « tu than » dont les tissus sont plus courts, adaptés notamment aux travaux champêtres. C’était sous la dynastie du roi Gia Long (1802-1819) que la tunique vietnamienne à cinq tissus a vu le jour pour représenter l’habit des familles royales et mandarines, un signe de noblesse.

    tenue vietnamienne ao dai hue

    Une jeune en « ao dai » violet, couleur emblématique de Hue

    La première version contemporaine du « ao dai » doit à la révolution que lança l’artiste Cat Tuong (Le Mur) en 1939. De nouveautés sans précédentes ont été apportées pour une tenue dynamique combinant les styles occidentaux et orientaux. Un « ao dai » modernisé et sans doute plus séduisant a fait ressortir l’élégance irrésistible inhérente à la tendre beauté des femmes vietnamiennes.

    Notre tunique traditionnelle pourrait adopter de nouvelles innovations dans les années et les décennies à venir afin d’aller de concert avec les tendances de l’époque, qui le sait…Ce vêtement unique resterait certainement à jamais au plus fond de l’âme des Vietnamiens dans le pays et de nos compatriotes de tous les horizons, en tant que quintessence de la culture nationale.

    tunique vietnamienne ao dai mariage

    Le « ao dai » du mariage en style traditionnel

    Le chapeau conique, compagnon par excellence du « ao dai »

    Qui porte le « ao dai »  qui se procure d’un « non la » - chapeau conique, un autre apanage précieux des Vietnamiens d’antan dont le rôle ne se résume pas à rafraichir les jours étouffants. « Non la » qui prend sa source probablement il y a 2000 – 3000 ans nous accompagne dans différentes situations, sur les champs, au marché, dans les festivités…

     

    Le mariage entre le «non la » et le « ao dai » a réussi à illustrer le charme sans pareil de la personne qui les portent, que vous soyez vietnamienne ou non. Ce n’est pas surprenant de constater bon nombre de voyageuses et diplomates qui cherchent à essayer au moins une fois la robe « ao dai » et le chapeau conique en venant chez nous. Un duo de «non la » - « ao dai » figure parmi les plus beaux souvenirs du Vietnam, incontestablement l’un de coups de cœur de nos amis dans tous les continents. 

      >>  Êtes-vous curieux de contempler les « ao dai » vietnamien en toute beauté ? C’est avec une agence de voyage au Vietnam que vous pourriez le faire dans votre prochain séjour chez nous.

Commentaire


Tapez les caractères qui s’affichent dans l’image