• La vieille ville de Hoi An, entre brique du Champa et Faifo 
  • La vieille ville de Hoi An, entre brique du Champa et Faifo 

  • Mis à jour le 22 Mai, 2019       Par: La Rédaction
  • La vieille ville de Hoi An est une étape incontournable pour tous les voyageurs visant le Vietnam et plus spécialement pour ceux qui sont de passage dans la région du Centre. Située sur la rive nord de l’embouchure du fleuve Thu Bon, la vieille ville de Hoi An,  inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO le 4 décembre 1999, est un exemple magnifiquement bien préservé d'une cité qui fut un port marchand d'Asie du Sud-Est du XVe au XIXe siècle commerçant avec les pays du sud-est et de l’est de l’Asie aussi bien qu’avec le reste du monde. Une ville pleine de charme et d’attraits touristiques plébiscitée par les voyageurs car Hoi An a tout à offrir.

    Histoire de Hoi An

    visiter vieille ville hoi an ancien port

    Jadis appelée Faifo en français, nom d'usage officiel pendant la période coloniale, Hoi An était au XVème siècle une ville très prospère alors qu’elle était une étape importante sur les routes maritimes du commerce de la soie. Elle faisait alors partie du royaume du Champa. Des navires japonais, chinois, hollandais ou encore portugais y jetèrent l’ancre pour commercer et certains commerçants s’y installèrent, construisant de grandes et solides maisons en bois que l’on peut encore aujourd’hui découvrir et qui ont donné naissance à ce vestige unique. À la suite de l'ensablement de la rivière, l'activité du port déclina petit à petit. Danang, situé à seulement 30 kilomètres de Hoi An, et jouissant d’un port en eau profonde devint alors le principal port de commerce du Centre du Vietnam. Le port de Hoi An a perdu de son intense activité commerciale mais reste animée très tôt le matin lorsque les bateaux de pêcheurs viennent décharger au marché les prises de la nuit. 

    Architecture

    visiter vieille ville hoi an anciennes maisons

    À partir du milieu du dix-septième siècle, les communautés chinoises et japonaises en pleine croissance commencèrent à ériger des lieux de culte, des salles de réunion et, plus tard, des maisons d'habitation. Les premiers sont des salles de réunion chinoises qui servent également de temples au culte des ancêtres, suivies des pagodes dédiées au culte des dieux taoïstes, Confucius et Bouddha. À mesure que la ville devenait plus prospère et peuplée, de nouveaux halls de rassemblement et des pagodes furent construites, ainsi que de belles maisons pour les marchands devenus résidents à plein temps et servant un volume croissant d'exportations et d'importations.

    visiter vieille ville hoi an mur jaune

    Toutes les maisons ont été construites principalement en bois sur une fondation en pierre. Ceux qui ont survécu sont le patrimoine architectural qui a justifié son inscription au patrimoine mondial et constituent la principale attraction pour les voyageurs qui viennent chaque année admirer ce patrimoine inestimable. Huit cent quarante-quatre bâtiments sont répertoriés pour leurs intérêts historique et architectural. Divers styles architecturaux se retrouvent à Hoi An : chinois, japonais, vietnamien avec certaines influences européennes et d'autres pays fréquentant le port, notamment des influences architecturales françaises.

    visiter vieille ville hoi an pont japonais

    Témoin de ce passé, le pont japonais incarne parfaitement les influences étrangères qui ont façonnées Hoi An. Ce nom de pont japonais amène la plupart des visiteurs à oublier la petite pagode dont elle fait partie intégrante. Et pourtant, la pagode Cau est un merveilleux exemple d'architecture représentative de l'image de Hoi An. La pagode se situe sur le pont japonais d'environ 18 mètres de long, couvert par un toit, qui enjambe la rivière Thu Bon. Le toit du pont est recouvert de tuiles représentant le Yin et le Yang. Sur la porte principale de la pagode de Cau on trouve une grande plaque signalétique, 3 kanji en relief est "Lai Van Kieu". La pagode Cau était faite de bois peint, sculpté méticuleusement, la face avant de la pagode tournée vers la rivière. Le pont a été construit en 1593 pour relier les quartiers habités par les communautés chinoises et japonaises. Chaque extrémité est gardée par un couple de statues, figurant des chiens d'un côté et des singes de l'autre.

    Les nombreuses maisons de marchands sont dispersées dans la ville. Généralement, ils sont un mélange d'architecture vietnamienne, chinoise et japonaise, chacun se distinguant par ses caractéristiques et ses styles de décoration d'intérieur. De nombreuses fonctions commerciales et résidentielles combinées - une zone de stockage et de commerce à l’avant et un logement à l’arrière. Elles étaient généralement longues et étroites, avec une ou deux cours intérieures ouvertes, parfois avec des piscines décoratives, fournissant lumière et air frais. Beaucoup contenaient également des temples privés, incorporés à la structure ou dans un bâtiment séparé, ainsi que des tombes familiales. Les grandes maisons avaient de vastes greniers, également à l'avant et utilisés comme entrepôts. Quelques structures similaires se trouvent dans le vieux quartier de Hanoi. En dehors de cela, l'architecture des vieilles maisons de Hoi An est un exemple unique d'un mélange de nombreux styles culturels. Vous pourrez admirer ces belles demeures magnifiquement rénovées et apprécier les différents styles architecturaux superbement combinés.

    Vous ne voudriez pas manquer :

    >> Hoi An Vietnam - 10 activités à ne pas manquer à Hoi An

    >> Carnet de voyage à Hoi An, la vieille ville et ses environs 2019


Commentaire


Tapez les caractères qui s’affichent dans l’image

Articles similaires