• Ratanakiri et Mondolkiri ou la découverte d’un Cambodge sauvage
  • Ratanakiri et Mondolkiri ou la découverte d’un Cambodge sauvage

  • Mis à jour le 29 Juin, 2021       Par: La Rédaction
  • Ratanakiri et Mondolkiri deux provinces reculées et sauvages qui distillent encore un parfum d’aventure. Deux provinces voisines l’une de l’autre, aux confins nord-est du Cambodge, qui vous dévoileront un autre visage, plus authentique, du royaume khmer.

    Le Mondolkiri, la « petite Suisse » du Cambodge

    Le Mondolkiri, signifiant « rencontre des collines » en langue khmère, est une vaste région située au nord-est du Cambodge, à une altitude moyenne de 800 mètres, composée de paysages tout en rondeurs de verts vallons, de forêts primaires et de jungles épaisses. Longtemps quasi inaccessible en raison de voies d’accès déplorables, le Mondolkiri s’ouvre peu à peu aux voyageurs étrangers depuis la construction d’une excellente route qui a permis le désenclavement de ce territoire reculé et préservé. Sen Monorom, capitale provinciale, perchée à plus de 1000 mètres d’altitude n’est aujourd’hui plus qu’à 4 heures de route de Phnom Penh. Véritable terre d’aventure, le Mondolkiri suscite de l’intérêt et la curiosité chez les voyageurs aguerris désireux de découvrir ses paysages de hauts plateaux vallonnés au doux pelage vert, abritant un riche écosystème, et où vivent de nombreuses minorités ethniques.

    Mondolkiri Cambodge sauvage village

    La province du Mondolkiri est en effet habitée majoritairement par l’ethnie Phnong, désignée sous le nom de « montagnard » puisque cette ethnie vie en totale symbiose avec la nature. Elle y puise ses ressources pour s’alimenter mais également pour construire leurs maisons traditionnelles coiffées de chaume et qui renferment presque systématiquement les célèbres gongs qui rythment leurs fêtes traditionnelles et leurs rites animistes.

    De Sen Monorom, nous vous invitons à partir en randonnée à travers la nature foisonnante pour aller à la rencontre des Phnong et des autres ethnies qui se partagent le territoire. Vous découvrirez un quotidien tourné essentiellement vers l’agriculture, la chasse, la pêche et la cueillette. Cheminant de collines verdoyantes d’épicéas en plantations de café puis en jungles vous découvrirez certaines des plus belles cascades du Cambodge. Avec ses 30 mètres de hauteur et sa double cascade plongeant dans la jungle en contrebas, la cascade de Bousra est l’une des plus spectaculaires du pays et un lieu de détente idéal pendant votre randonnée. Les cascades de Romanear, Dak Dam et Chrey Thom sont également très appréciées pour leurs piscines naturelles qu’elles offrent à leurs visiteurs.

    Mondolkiri Cambodge sauvage éléphant

    Profitez de votre voyage dans le Mondolkiri pour aller à la rencontre des éléphants en vous rendant à l’Elephant Valley Project. Cette ONG a pour vocation de protéger les éléphants du Mondolkiri et de sensibiliser ses visiteurs sur la maltraitance et sur les dangers environnementaux qui menacent les éléphants en particulier sur leur habitat naturel en péril à cause de la déforestation. Elephant Valley Project vous propose de vivre une rencontre intime et riche en interactions avec le pachyderme en vous baladant avec lui à pied, sans le monter, dans son environnement naturel.

    >> À lire aussi Mondolkiri - Cambodge – 5 choses à faire absolument

    Le Ratanakiri, le far-East cambodgien

    Province enclavée, la plus septentrionale du Cambodge, le Ratanakiri est une des régions les moins développées du pays. Cette région à la beauté sauvage et brute se pare de collines, de montagnes, de plateaux boisés, de plaines rizicoles, de rivières tortueuses, de chutes d’eau et de lacs de cratère. Rares étaient les voyageurs qui osaient se rendre dans ce territoire très reculé, découragés par des heures de pistes infernales. Plus accessible, le Ratanakiri s’ouvre peu à peu aux voyageurs à qui elle aime dévoiler tous ses trésors naturels et culturels.

    Ratanakiri Cambodge sauvage village

    Il faut au minimum deux jours pleins pour bien profiter du Ratanakiri. Les activités ne manquent pas et il y en a pour tous les goûts. Les amateurs de randonnée plébiscitent l’exploration du parc national de Virachey, le plus grand parc du Cambodge. Cette vaste zone naturelle est le sanctuaire de très nombreuses espèces animales comme des gibbons, des pangolins, des ours, des léopards, des éléphants sauvages et des oiseaux mais également d’une flore abondante dont de nombreuses plantes qui entrent dans la pharmacopée traditionnelle des minorités ethniques. Ces peuplades vivent groupées en villages de maisons en bois et bambou en forme de maisons longues communautaires ou de huttes rondes individuelles souvent sur pilotis. Animistes, ces tribus montagnardes, pratiquent au sein de leurs villages de nombreuses cérémonies traditionnelles dont des rites funéraires particuliers et des sacrifices rituels d’animaux comme le sacrifice du buffle. Certaines de ces ethnies travaillent dans des mines de pierres précieuses pour extraire du zircon bleu. Un travail harassant qui nécessite de descendre dans des puits menant à un complexe de galeries souterraines construit à la main pour y extraire les pierres précieuses et semi-précieuses.

    Ratanakiri Cambodge sauvage cascade

    Après la randonnée, les voyageurs prennent plaisir à se baigner dans les nombreuses chutes d’eau qui émaillent le Ratanakiri. Comme à la cascade de Cha Ong et sa vingtaine de mètres de surplomb ou plus éloignée la cascade de Sean Lae composée de 4 niveaux et nichée dans un cadre naturel superbe. D’autres choisiront de se baigner dans les lacs de cratère volcanique comme le très beau lac de Yak Loum, parfaitement circulaire et lové dans un bel écrin de nature.

    >> À lire aussi Top des choses à voir au Ratanakiri, Cambodge

    Quand se rendre au Ratanakiri et Moldikiri ?

    Nous vous conseillons de vous rendre dans ces deux provinces pendant la saison sèche, de novembre à avril. Plus particulièrement en novembre, après la saison des pluies des pluies lorsque la nature est régénérée et que les rivières et chutes d’eau sont gonflées d’eau.

    Combiner le Ratanakiri et le Modolkiri

    Se rendre du Ratanakiri au Mondolkiri était il y a encore quelques années une véritable aventure en soi. La piste qui reliait ces deux provinces voisines, effroyable et dangereuse, était surnommée la « route de la mort ». On s’embourbait et aucun ravitaillement n’était prévu sur ce tronçon. Aujourd’hui, les amateurs de destinations inédites se réjouissent, une route asphaltée reliant ces deux provinces du bout du monde et de pouvoir les combiner rend immanquablement un voyage au Cambodge inoubliable !

    >> Vous aimerez lire également Top 6 des plus belles randonnées du Cambodge


Commentaire


Tapez les caractères qui s’affichent dans l’image

Articles similaires