• Danses, musiques et chants traditionnels du Cambodge
  • Danses, musiques et chants traditionnels du Cambodge

  • Mis à jour le 30 Mars, 2020       Par: La Rédaction
  • La civilisation khmère est connue pour son excellence artistique, en témoignent les fabuleux temples d’Angkor. Danses, musiques et chants traditionnels du Cambodge prirent pour la plupart naissance il y a plus de mille ans lors de l’apogée de l’empire angkorien. Découvrir les danses, musiques et chants traditionnels du Cambodge c’est faire une plongée dans l’histoire captivante de ce pays fascinant.

    La danse Apsara, danse traditionnelle du Royaume du Cambodge

    Votre voyage au Cambodgene saurait être complet sans que vous n’assistiez à une représentation de danse Apsara. Vous pouvez assister à un dîner-spectacle à Siem Reap ou encore mieux assister à une représentation du Ballet Royal du Cambodge à Phnom Penh. Danse de cour vieille de plus de mille ans, populaire déjà à l’apogée d’Angkor, cette forme de danse classique qui a marqué la tradition cambodgienne durant des siècles tient encore aujourd'hui une place importante dans la culture khmère. La danse des Apsaras, souvent figurée sur les bas-reliefs d'Angkor, est l'une des plus importantes du répertoire chorégraphique khmer.

    Il ne faut pas moins de dix années d’apprentissage pour devenir une danseuse Apsara ! Les danseuses centralisent leurs chorégraphies sur les mouvements des mains et des pieds, tout en ayant le dos cambré. Quel spectacle de voir leurs mains courbées défiants les lois de la physique et leurs têtes parées d’une coiffe aux milles éclats bougées au son de la musique traditionnelle. Avec une grâce inconcevable, les danseuses vous racontent une histoire où chaque geste des mains symbolise les principales étapes de la vie dans la nature. Un art millénaire, ensorcelant, envoûtant, inscrit sur la liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco.

    Romvong, danse populaire du Cambodge

    Le Romvong est une danse folklorique très populaire au Cambodge, similaire à la danse Lam Vong chez son voisin laotien. Une danse dont le rythme est marqué par un tambour et durant laquelle les danseurs tournent en cercle. Cette danse implique l'utilisation de mouvements des pieds et des mains extrêmement gracieux et élégants. Ce type de danse est simple, lent, facile à suivre et à apprendre, et devient ainsi le type de danse le plus populaire dans toutes les festivités cambodgiennes comme la réception de mariage, la célébration du nouvel an ou même la fête d'anniversaire. Si vous avez la chance d’assister à une fête, vous serez très certainement invité à danser la Romvong. N’ayez nulle crainte, il vous suffira de quelques dizaines de secondes pour vous mettre dans le rythme.

    L’ensemble pinpeat 

    Le pinpeat est un ensemble d’instruments que les cambodgiens associent à la royauté khmère, parce que ces instruments sont joués principalement lors des cérémonies royales. Le pinpeat, orchestre composé d'environ neuf ou dix instruments, principalement à vent et de percussion, accompagne également le théâtre d'ombres Sbek Thom, les cérémonies religieuses et les hymnes chantés à la "gloire de Rāma" Reamker. Une musique lancinante qui a vite fait de vous transporter dans le Cambodge ancien, celui des fastes de la royauté.

    Les chants de mariage

    Ces chants, accompagnés par un petit ensemble instrumental, le phleng khmer, sont joués au cours de la cérémonie de mariage. L'orchestre comprend : Un chapey, luth à deux cordes tendues sur un manche long et équipé de douze frettes, un trô khmer, vièle à pique équipée de trois cordes, jouée verticalement, la pique posée à même le sol. On lui attribue une origine persane. Un trô ou, vièle sphérique d'origine chinoise dont la caisse est taillée dans une noix de coco. Son registre est plus grave que celui du trô khmer. Un pey âr, petit hautbois de jonc ou de bambou à une anche double. Deux skôr arak, tambours de poterie en forme de calice. Un chhing, paire de cymbales.

    L’ensemble phleng khmer peut être également joué lors des des rituels chamaniques et des cérémonies religieuses.

    Ensemble Mohoree

    Les musiciens de Mohoree utilisent différents types de violons, flûte à bec (Khloy), dulcimer et banjo, Roneat et batterie. La musique convient à un divertissement lors d'événements sociaux et traditionnels. Il a normalement un style de musique optimiste et joyeux. Les chansons et les paroles de la musique mohoree représentent normalement la beauté et l'admiration de la nature, la confession d'amour ou les taquineries entre l'homme et la femme.

    Ensemble des gongs des ethnies pro-indochinoises

    Dans les provinces reculées du Ratanakiri et du Mondolkiri, de nombreuses minorités ethniques proto-indochinoises perpétuent leurs cultures artistiques traditionnelles et notamment l’exécution de musiques à base de gongs. Tradition plus que millénaire, les gongs sont de toutes les cérémonies et plus particulièrement lors des rituels animistes comme le sacrifice du buffle, la bénédiction du riz, les mariages et les funérailles. Derrière chaque gong se cache un dieu ou une déesse d’autant plus puissant que le gong est ancien. Toute famille possède au moins un gong qui témoigne de sa fortune, de son autorité et de son prestige, tout en lui assurant protection.

    Vous apprécierez aussi:

    >> Top 10 des conseils et astuces pour réussir son voyage au Cambodge

    >> Guide de voyage à Phnom Penh 


Commentaire


Tapez les caractères qui s’affichent dans l’image


Nouveautés

Lire la suite