• Guide de voyage à Muang Sing au Laos
  • Guide de voyage à Muang Sing au Laos

  • Mis à jour le 28 Mai, 2020       Par: La Rédaction
  • Ce petit bourg montagnard à l’ambiance de bout du monde ravira les voyageurs amateurs de destinations hors des sentiers battus. Moins touristique que sa voisine Luang Namtha, Muang Sing se révèle être pourtant un étonnant espace de jeux pour les fans de nature préservée, de randonnée et de rencontres captivantes. Une véritable terre d’aventure à découvrir absolument !

    Histoire de Muang Sing

    Située sur l’ancienne route du thé entre la Chine, la Birmanie et le Siam, Muang Sing était une ville fortifiée jusqu’à la fin du XIXème siècle et l’on peut d’ailleurs  encore voir ses murailles à certains endroits. Elle fut l’objet de conflits frontaliers entre les Britanniques et les Français qui décidèrent d’y construire une garnison en 1896 mais ce n’est qu’en 1916 que Muang Sing est intégrée à l’Indochine française. Les autorités coloniales françaises trouvèrent à Muang Sing une source de revenus coloniaux conséquents avec le commerce de l’opium qu’elles contrôlaient.

    + La randonnée est l’une des activités pour laquelle on se rend à Muang Sing. Situé dans la plaine de la rivière Nam La, aux portes de la zone nationale de conservation de la biodiversité de Nam Ha, le village de Muang Sing, entouré de collines verdoyantes, jouit d’un environnement naturel exceptionnel. La campagne de Muang Sing est un vaste terrain de jeux pour les amateurs de randonnée. Plusieurs possibilités de randonnée sont réalisables, de la simple balade de quelques heures au trekking de plusieurs jours avec nuits chez l’habitant dans les villages reculées des minorités ethniques.

    Muang Sing et ses alentours sont le territoire d’une incroyable diversité ethnique. Akha, Tai Lue, Tai Neua, Tai Lu, Lolo, Hmong, Tai Dam, Khamu, Phou Noi et Yao vivent en harmonie et chacune prend soin de conserver sa propre identité culturelle.

    + Découvrir les temples et pagodes de Muang Sing. La ville en compte plus d’une vingtaine mais trois valent vraiment le détour. Le temple Vat Luang est le plus vieux temple de la ville. Ce sanctuaire bouddhiste, aux colonnes rouges ornées de motifs argentés réalisés au pochoir, a été construit en 1887 et est très fréquenté par les membres de l'ethnie Taï-Leu. Le Wat Namkeo est un monastère bien actif, intéressant à visiter pour observer sa vie monastique. Le That Xieng Tung est le lieu de culte le plus important de Muang Sing. Bâti en haut d'une colline, ce stupa abriterait la pomme d'Adam de Bouddha. Chaque année s’y tient le festival du That Xieng Tung (fin octobre ou début novembre).

    + Se baigner dans les cascades. A seulement 2 kilomètres du fameux stupa That Xieng Tung, se cache la cascade de Nam Keo au fin fond de la forêt. Quel plaisir d’ y aller prendre un bon bain rafraîchissant ! La cascade de Pha Yueng se trouve quant à elle à 17 kilomètres de Muang Sing. S’y rendre est l’occasion d’une superbe balade à vélo à travers la campagne. Belle récompense ensuite de pouvoir s’y tremper avec délice.

    + Visiter le musée de Muang Sing. Situé dans une très belle demeure traditionnelle en bois qui était l'ancien palais royal du Prince Jao Fa Phanya Sekong, ce petit musée dévoile l’histoire et la culture locales à travers outils traditionnels, objets historiques et religieux.

    + Explorer le marché du matin. C’est le centre névralgique de Muang Sing, là où a lieu les échanges commerciaux et là où se rencontrent les populations des alentours venues y vendre fruits, légumes, viandes, racines, herbes et plantes médicinales etc. Se rendre tôt le matin pour profiter de l’ambiance. Possibilité de s’y restaurer avec quelques plats simples comme des soupes ou nouilles sautées.

    + Découvrir l’artisanat local. En vous baladant dans la ville et ses alentours proches vous pouvez découvrir quelques ateliers familiaux dédiés au tissage de la soie et du coton, à la fabrication de nouilles de riz et à la distillation artisanale d’alcool de riz appelé ici « lao lao ».

    Où se loger à Muang Sing ?

    Pas trop de choix pour se loger à Muang Sing où les quelques hébergements offrent un confort sommaire. La guesthouse Phou Lu offre le meilleur hébergement de la ville avec sa poignée de bungalows en bambou et rotin tressés répartis dans un jardin tropical. Si vous souhaitez bénéficier de meilleures conditions de confort, il est préférable de séjourner à Luang Namtha.

    Où se restaurer à Muang Sing ?

    Muang Sing est un petit bourg montagnard tranquille et le choix en matière de restauration est assez limité. Toutefois, voici nos deux adresses préférées :

    + Phou Lu II restaurant, un établissement qui ne paie pas de mine mais qui sert une cuisine laotienne savoureuse. Les carnivores trouveront ici leur bonheur avec de bonnes grilles de viande de poulet et de porc. Quelques plats typiques laotiens dont de délicieux currys.

    + Le restaurant Tai Lu sert une cuisine traditionnelle de l’ethnie Tai Lu. Un menu qui sort de l’ordinaire avec notamment de la peau de buffle croustillante, des jeunes pousses de bambou sautées avec des œufs, de la citronnelle et de la sauce de soja, le délicieux "Muang Sing khao" des nouilles de riz fraîches plates et larges sautées avec une pâte de soja fermentée et du piment rôti.

    Comment se rendre à Muang Sing ?

    Muang Sing est à 60 kilomètres à l’ouest de Luang Namtha, capitale de la province éponyme. Luang Namtha est desservie par 2 vols quotidiens depuis Vientiane et est accessible depuis Luang Prabang après un transfert routier d’environ 6 heures.

    Meilleure saison : de novembre à avril durant la saison sèche. Perchée à 700 mètres d’altitude, pensez à apporter une petite laine en décembre et janvier pour se prémunir des matins et des soirées fraîches lors de votre séjour à Muang Sing.

    >> Cet article pourrait également vous intéresser: Visiter le Laos en 10 expériences authentiques


Commentaire


Tapez les caractères qui s’affichent dans l’image